Pétition Merlu!   

Je suis un simple merlu, j’ai fait la fortune des pêcheurs, des poissonniers, des restaurateurs. En sauce verte ou frit en filet, c’est fou ce qu’on me désire ! Mais à dire vrai je n’ai aucune envie de vous parler de gastronomie.
Les 40 espèces de poissons qui arrivent régulièrement sur vos assiettes, poissons nobles, comme moi, et poissons bleus comme l’anchois ou le thon, m’ont désigné comme leur délégué. C’est la manif des poissons! Aujourd’hui, amis de la terre, je viens vous présenter une pétition au nom de millions de camarades en colère.
Voici notre pétition : on veut bien finir notre vie dans le ventre des consommateurs, mais là, ça ne va plus, vous nous envoyez de plus en plus de “m….” à la figure! Il faut arrêter le massacre ! Vous n’arrêtez pas de balayer et de nettoyer la terre, c’est très bien, mais on dirait que vous prenez la mer pour un dépotoir. Réfléchissez une seconde : que feriez-vous si quelqu’un vous
envoyait du ciel tous les détritus, les liquides en tout genre que vous nous jetez sans aucune gêne, à longueur d‘années ?
Puisqu’on vous nourrit, ayez un minimum de respect pour nos estomacs et notre famille! Chez les merlus, c’est à l’âge de 7 ans qu’on fait des petits; or, avec tout ce qui se passe depuis quelques années dans le Golfe de Biscaye, notre espérance de vie est de plus en plus réduite. On ne demande pas le Pérou, simplement du respect pour les poissons, de l’océan à l’assiette.
Il paraît qu’à terre, vous dites que le poisson commence à pourrir par la tête. Regardez-vous donc dans la glace : elle n’est pas belle votre conscience! Qui vous a mis dans la tête, qu’en mer vous pouvez faire ce que vous voulez? Stop! 

Nous, poissons, on a aussi nos droits ; la mer nous appartient autant qu’à vous et même davantage, puisqu’on y vivait des millions d’années avant que les hommes apparaissent sur terre.
Plus vous ferez du ménage dans les rivières, sur le littoral, dans les égouts et surtout dans vos habitudes, plus nous pourrons tous vivre en bonne harmonie. Nos amis marins pêcheurs ont eux aussi du ménage à faire avec tous les engins qui nous poursuivent et nous traquent. Je suis aussi chargé de vous dire que les poissons apprécient l’opération lancée par les Jeunes Pêcheurs basques : “déchets à quai” .
Merci de nous écouter et de penser un peu à nous autrement que pour nous capturer ou nous manger ! Il y va, d’ailleurs, de votre intérêt puisque,
en nous mangeant, vous ingurgitez ce que vous nous envoyez.
signé par :
chipirons, merlus, baudroies, sardines, anchois, louvines, anguilles, thons rouges, germons, bonites, soles, daurades, zapatero, makallau, etc.

Suite


Droits d'auteurs
Sommaire
Pêche  Marine marchande  Voile Produits de la Mer  Dossiers techniques Archives  Livres maritimes  Petites annonces    Histoires courtes  Recettes de cuisine  Artistes  Liens maritimes